FAIRE UN DON
 
Logo_SmileChild2.png

Dessinez leurs sourires

IMG_8540_nb_detourage_1920x1280_72dpi.jpg

Comment agir? 


eq1.png
eq2.png
eq3.png
eq4.png
 
 

Le stress toxique, conséquence directe de la guerre

Désorientés, dans des conditions de vie extrêmes, les enfants syriens sont très vulnérables et exposés au stress toxique. Selon Alexandra Chen, spécialiste de la protection de l’enfant et de santé mentale à l’université de Harvard, le stress toxique est « la forme la plus dangereuse de réponse de stress qui peut se produire quand les enfants se retrouvent confrontés à une adversité forte, fréquente ou prolongée sans un soutien approprié des adultes ».

 
missiles1.png

Les tirs et bombardements facteurs de stress dans le quotidien des enfants syriens : un état de peur permanent qui peut s’avérer catastrophique pour eux et engendrer de dangereux déséquilibres. Chaque bruit inhabituel est source de panique. Après que leurs maisons ou écoles se soient fait bombarder, ces enfants se sont renfermés sur eux-mêmes, ils ne veulent plus jouer dehors ou encore aller à l’école.

nouriture.png

Les enfants sont privés de leurs besoins primaires : après 8 ans de guerre, où trouver un abri loin des affrontements ? Comment accéder à de la nourriture et à des soins de santé ? Les déplacements et la pauvreté croissante laissent les enfants syriens dans un profond désarroi et leur vision de l’avenir est bien sombre. Une situation désespérée qui joue invariablement sur leur équilibre psychique et qui est aggravée par le fait qu’ils n’ont pas accès à l’éducation, les écoles ayant été détruites ou fermées.

Untitled design.png

Détérioration de la cellule familiale et perte de sécurité et d’amour : de nombreux enfants ont perdu un ou plusieurs membres de leur famille. Ils se retrouvent confronté à de nouvelles responsabilités, trop lourdes pour leurs âges. Parfois, il arrive même qu’ils prennent les armes ou bien se place en chef de famille, ce qui n’est pas le rôle d’un enfant. De plus, à cause de l’instabilité et de la pression causées par la guerre, les parents sont incapables de répondre aux besoins émotionnels de leurs enfants.

 

Une catastrophe dont nous nous devons de mesurer l’importance. Les effets de ce stress toxique sont multiples et peuvent être irréversibles sans un soutien adéquat.

 
 
 

Dessins d'enfants syriens récupérés dans notre centre de soutien psychologique et de santé mentale à Gaziantep, Turquie, et dans notre centre de protection à Idleb, Syrie.

 
 
 

Le développement psychique et physique des enfants menacé

71% des enfants souffrent d'énurésie nocturne ou d'incontinence*

50% des enfants indiquent qu'ils ne se sentent pas en sécurité à l'école*

78% des enfants se sentent toujours ou la plupart du temps extrêmement tristes*
 

Énurésie nocturne, bégaiement, incontinence, troubles du langage, mutisme, agressivité accrue, abus d’alcool ou de drogue, les effets de la guerre sur les enfants syriens sont multiples et se manifestent tant sur le plan physique, que psychique. L’esprit et le corps, malgré la grande capacité de résilience que peuvent avoir les enfants, sont emprunts de ces traumatismes répétés. Leur développement en est perturbé.

Avec la prolongation du conflit, les réactions et les symptômes sont des plus en plus complexes. Nos équipes constatent une montée de la schizophrénie, des dépressions sévères, et des tendances suicidaires.

La santé psychique des enfants syriens est extrêmement fragile et pour éviter d’être confronté à une génération brisée, nous nous devons d’agir avant qu’il ne soit trop tard. L’espoir est permis pour ces enfants syriens grâce à un soutien psychologique et un accompagnement à la hauteur du drame qui se joue sous leurs yeux.

* Save The Chidren, “Les Blessures Invisibles”

 
 
 
 

Guérir les blessures invisibles

 
 
 
 
dessinez3.png
 

 

lastframe3.jpg